Accueil du site > Découvrir > Histoire et patrimoine > Personnalités liées à Châtillon

Personnalités liées à Châtillon

Contenu de la page : Personnalités liées à Châtillon

Saint Vincent De Paul

Honoré par une statue érigée sur une place à son nom, Saint Vincent de Paul, malgré un séjour très bref dans notre ville dont il fut le Curé pendant seulement 5 mois, a laissé le souvenir d’un homme charitable. Il fonde, en 1617, la Confrérie de la Charité qui regroupe toutes les femmes de bonne volonté du pays et où se mêlent nobles et roturières unies dans le seul souci d’adoucir un peu la vie de leurs concitoyens.
Le film retraçant la vie et l’œuvre de cet apôtre de la charité fera connaître Châtillon bien au-delà des frontières de l’hexagone.

Phillibert Commerson

Savez-vous qui a introduit en France ces petits arbustes qui éclairent de leurs fleurs roses, rouges, bleues nos haies de Bretagne ou nos jardins ? Je veux parler bien sûr de l’hortensia que Philibert Commerson découvrit à l’île Maurice lors de son voyage autour du monde effectué en compagnie de Bougainville. Né en 1727, ce fils de notaire, passionné de botanique a également rapporté le « bougainvillier », petit arbuste qui s’épanouit en bord de mer et dont les fleurs égaient les murs blanchis à la chaux. Nommé à l’Académie des Sciences en 1773, il mourra cette même année à l’île de France sans avoir revu Châtillon.

Ce grand botaniste ne manquait ni d’audace ni d’humour et c’est ainsi que, trompant tout son monde, il fit embarquer sa gouvernante, Jeanne Baret, déguisée en laquais sur le navire en partance. La supercherie ne fut découverte que bien plus tard, alors que marins et botanistes faisaient escale sur l’île Maurice. Elle fut une auxiliaire précieuse pour le botaniste. Le livre édité par Saint Guignefort en 1993 "Philibert Commerson, le découvreur du Bougainvillier" par Jeannine Monnier, Jean Claude Jolinon, Anne Lavondes, et Pierre Elouard est disponible à l’Office de Tourisme Chalaronne Centre, ou auprès de l’association (contact JL Maret 04.78.76.41.97)

Jean Tarrit

Fils d’un artisan bottier de Châtillon, Jean Tarrit, s’est taillé, à la force du poignet, une place fort honorable dans l’aréopage artistique du début du vingtième siècle. Adeptes de la sobriété, de la netteté et de l’équilibre, ses œuvres, qu’elles soient moulées dans le bronze, taillées dans le bois ou dans la pierre se réfèrent toujours à ces codes. Son « Saint Sébastien », taillé dans un bloc de noyer, peut s’admirer au fond de l’église Saint André. Le Monument aux Morts, d’un symbolisme émouvant et une étude en plâtre, dans l’escalier de l’Hôtel de Ville, complètent le catalogue des œuvres visibles dans sa ville natale. Il est mort à Tanger en 1950.

Samuel Guichenon

Il est né à Mâcon, en 1607, d’un père médecin et huguenot. Docteur en droit et avocat à 19 ans, il devient ami du grammairien Vaugelas. Abjurant, il peut occuper un siège d’avocat au présidial de Bourg et épouse une riche veuve, Isabeau Huret. Son activité et l’excellente administration de sa fortune qui s’agrandit lui valent d’être élu premier magistrat de Bourg en 1638 et 1639. C’est lui qui installe les Jésuites dans ce qui deviendra le lycée Lalande.

Philibert Collet

Philibert Collet est né à Châtillon en 1643. Magistrat, il parvient au poste d’avocat au parlement de Dijon puis de substitut du procureur général au parlement de Dombes et du présidial de Bresse. Elu maire, il doit gérer les suites de l’incendie du 29 septembre 1670. Pour restaurer les Halles, il obtient de la duchesse de Montpensier le droit de procurer des chênes dans la forêt du Tanay pour la restauration des halles.

Antoine-Marie Cerisier

Médecin à Châtillon, où il est né en 1761, il prend la défense des étangs qui sont alors accusés d’insalubrité. Il préconise l’aménagement pour éviter la formation de marais infectés. Son renom, sa compétence, lui ont permis d’être nommé administrateur du département de l’Ain.

Robert Bussillet

Robert Bussillet, tué au combat à l’âge de 17 ans lors de la dernière guerre mondiale. Arrivé à Châtillon à l’âge de 5 ans, Robert se fait de nombreux amis grâce à sa gentillesse, sa valeur morale. Il était secouriste, sportif, excellent élève et « physiquement très beau » comme le témoigne son ami Paul Vacheresse. En trichant sur son âge, il se fait engager au 99e Régiment d’Infanterie pour défendre ses valeurs et ses convistions. Un obus ne lui permettra pas de voir son pays libéré, il est tué le 22 avril 1945. Robert Bussillet, un nom désormais inscrit dans l’histoire de Châtillon, comme le symbole d’une jeunesse courageuse.

Portfolio